Bons baisers de Saint-Lô

(Reportage de Guillaume Lestrelin)

 

Du 7 au 14 juillet se déroulait la 20ème édition du Festival International d’Echecs de Saint-Lô, dans la Manche. 434 joueurs de 19 nationalités différentes sont venus en découdre, répartis dans les trois Opens principaux (adulte, jeunes jusqu’à 2000 élo et débutants jusqu’à 1400 élo).

De notre côté, record battu ! Le Cercle de Rueil est venu en nombre avec 22 jeunes inscrits ! J’ai donc fait appel àmes collègues Evgueni Hutin et Thomas Baudrelle pour encadrer le voyage et permettre aux jeunes de progresser tout au long de la semaine.

Thomas analyse la partie d’Emma tandis que le MI François Vareille se joint à Evgueny et Martin sur l’autre échiquier.

L’Open -1400

Chez les plus jeunes, la cadence de jeu est assez rapide (50 minutes par joueur et 10 secondes ajoutées par coup), cela permet d’organiser 11 rondes et de jouer plus que « les grands ». Le moldave Artiom Vedmediuc l’emporte avec 10,5 points sur 11 et une nette avance sur les 153 autres participants.

Côté rueillois, seul Nicolas Haioun réalise une perf’ honorable en finissant 48ème (avec 6,5 points sur 11). Les frères Timothée et Henri, Arthur, Pavel, Pierre-Louis et Vincent ont vécu une première expérience très enrichissante. Chaque jour, le débriefing de leurs parties avec les coachs leur ont appris quelque chose.

Grille américaine : http://festival2018.echecsaglo.fr/open-1400-grille-americaine/

Timothée prend son premier tournoi au sérieux.
Le petit frère de Timothée, Henri en pleine concentration.
Arthur, également dans son baptême du feu.

Vincent, très modeste, a fait beaucoup d’efforts toute la semaine pour progresser.

L’Open -2000

12 rueillois ont participé au tournoi de niveau intermédiaire réservé aux jeunes classés jusqu’à 2000 élo. Et si tous semblent encore bien tendres pour envisager de bien se situer au classement général, ils sont néanmoins venus se battre avec ambition, en montrant de bonnes choses.

Grille américaine : http://festival2018.echecsaglo.fr/open-2000-grille-americaine/

Baptiste dans sa pose typique des champions.
Virgile, élève d’Evgueny, s’est parfaitement intégré au groupe.

Morceaux choisis

Olivier Gabriel a souvent gaffé, mais a montré que sa compréhension positionnelle s’améliore, à l’image de la partie suivante

Tonita, Mark (1144) – Gabriel, Olivier (1144)

16…Cd7!

Olivier exploite sans attendre le « trou » concédé par les blancs en c5. Le cavalier va y trouver un socle solide, appuyant le pion e4 et visant a4, b3 et d3 au passage.

17.Fxg7 Rxg7 18.f3? Cc5

Plus précis est 18…exf3! 19.Txf3 (19.gxf3? étant impossible à cause de 19…Dg5+!) 19…Cc5

19.fxe4

Les blancs devraient garder la colonne e fermée et préférer par conséquence 19.f4!

19…Cxe4 20.Cxe4 Txe4 21.Df3 f5 22.Tac1 Dg5 23.Tfe1 Tae8

Les noirs dominent tout l’échiquier mais Olivier laissera passer le gain dans la finale (nulle en 53 coups).

Paul Gobier a beaucoup joué cette saison, et a commencé à travailler régulièrement chez lui. Son niveau technique monte, à l’image de sa victoire contre Théo Levy à la ronde 7.

17.Cxe5!

Bien calculé, Paul a vu que la fourchette donnera une attaque décisive dans toutes les variantes.

17…Ff6

Les noirs refusent donc de jouer 17…f6? 18.Dxg6 fxe5 19.Dh7+ Rf7 20.Dxh5+ Re6 (20…Rg8 21.Fh7+ Rh8 22.Fg6+) 21.Dg6+ Tf6 (21…Rd5 22.Fxb5+) 22.Ff5 mat.

Les noirs ont une meilleure ressource à leur disposition : 17…Ff5! avec une paire de fous puissante.

18.Df4 Fxe5?

Ne fonctionne pas non plus 18…Rg7? 19.Cxg6!

19.Dxe5?

Un choix un peu triste de Paul qui aurait dû conserver les dames par 19.Txe5! car il pourra monter une attaque dévastatrice en continuant par 20.Dg5 (menaçant 21.Txe7 et 21.Fxg6!)

19…Dxe5 20.Txe5 Fe6?

Une faute tactique ! 20…e6 21.Fe4 Ta7 22.Fc6 laisse toutefois les pièces blanches dominer la partie.

21.Fxg6!

21…fxg6

21…Fg4 22.Fe4! (beaucoup plus fort que 22.Fxh5 Fxd1 23.Tg5+ Rh7 24.Fxd1). Les blancs ont un avantage déjà décisif dans la finale.

22.Txe6 Txf2 23.Txg6+ Rh7 24.Te6

Plus fort est 24.Tg5! Rh6 25.Tdd5 Tc8 26.c3 b4 27.Txh5+ Rg7 28.Td2 (+-).

24…Txg2 25.Txe7+ Rg8 26.Td4!?

Plus simple est 26.Tc7! mais Paul a bien réfléchi et son concept est fort aussi.

26…Tf8

Sur 26…Tc8, Paul a prévu de jouer 27.c3 et les noirs n’ont plus de contre-jeu à base de b5-b4 grâce à sa tour d4. Il suivrait 27…Tf8 28.Ted7 (±). C’est exactement le genre de coup qui montre les progrès et le chemin parcouru par notre jeune joueur cette saison.

27.Te5

Et les noirs ne peuvent plus sauver la finale (leur pion h7 est en très mauvaise posture). Paul l’emportera techniquement sans laisser une chance à son adversaire de revenir.

1-0 au 57ème coup

Pierre Haioun a montré de son côté un très bon sens de l’attaque, et nous pouvons l’apprécier dans la partie suivante

Haioun,Pierre (1103) – Tran,Jonathan (1103)

23.Db2!

Pierre a dominé la partie dès l’ouverture, posant des problèmes de développement aux noirs tout en prenant le contrôle du jeu au centre, et maintenant sur les deux ailes. Il laisse ici son fou h4 en pâture et prépare l’explosion du centre pour punir la position exposée du roi adverse.

23…e5!

L’instinct de conservation des noirs les pousse à obstruer la diagonale de la dame blanche autant que possible avant d’encaisser la pièce.

24.fxe5 g5

Plus sage est 24…Fe6. Pierre ne va faire qu’une bouchée du roi noir.

25.Fxg5

L’ordinateur préfère 25.De2! Rg6 26.Th3 gxh4 27.Txh4 Te6 28.g4 (+-).

25…hxg5 26.Txg5

Le principe « d’inviter tout le monde à la fête » montre le meilleur coup ici : 26.Tf1! avec une attaque décisive.

26…bxc5?

La seule chance de défense des noirs est manquée : il faut absolument jouer 26…Tg8!

27.e6+!

Pierre ouvre la voie pour ses pièces lourdes.

27…Rxe6

Il n’y a plus de réponse, sur 27…Fxe6 suit 28.d5 tandis que sur 27…Txe6 les blancs gagnent par 28.Txf5+.

28.d5+ cxd5 29.Dg7

Plus rapide encore est 29.Tg6+ Rd7 30.Df6! Fb7 31.Tg7+ Rc8 32.Dxf5+ Rb8 33.Dd7 (+-).

29…Rd6 30.Td1! Fe6 31.Tg6 Dc7

31…Tad8 32.cxd5 (+-).

32.Txd5+ Rc6 33.Txc5+ Rxc5 34.Dxc7+ Rb4 35.Dd6+ Rxc4 36.Txe6 Ted8 37.Dc6+

Il y a une suite plus forte qui permet à la tour blanche de se lancer à la poursuite du roi : 37.Da6+! Rb4 38.Tc6 (+-).

37…Rd3 38.Td6+ Txd6 39.Dxd6+ Rxe3 40.Dc5+ Rf4 41.g3+ Rg4 42.h3+ Rxh3 43.Dxf5+ Rxg3 44.Dxe4 Td8 45.Dg6+ Rh3 46.Df5+ Rg3 47.Dg5+ 1-0

L’Open Coquereau (tournoi principal)

110 participants, principalement adultes, ont pris part à l’Open phare du festival. La lutte a été sans merci et le grand-maître biélorusse Alexandre Dgebuadzé s’impose sur la ligne. Le vainqueur de l’édition précédente, le grand-maître russe Igor Naumkin finit loin derrière, à la 9ème place. Notre ami le maître international Benjamin Bujisho termine 4ème. A noter le départ spectaculaire du cadet français Niels Willems, qui a mené le tournoi avant de craquer en fin de parcours. Il réalise une performance à 2459 qui aurait pu lui procurer une norme de maître international si les conditions (nombre d’étrangers et de titrés rencontrés) avaient été remplies.

Grille américaine : http://festival2018.echecsaglo.fr/open-coquereau-grille-americaine/

Martin Gentieu et Lionia Romas ont de notre côte pris part à l’aventure, avec des fortunes diverses.

Martin a un peu relâché l’entrainement cette saison car son autre passion pour la musique a pris plus de place. Il a montré qu’il restait très affûté et a pris d’énormes avantages contre de nombreux adversaires classés à plus de 2000 élo. Il manque de nombreux gains qui n’enlèvent rien à son talent et son esprit combattif. Un peu plus de pratique et son classement explosera.

Martin, privilégié, analyse avec l’entraineur de Bois-Colombes Vincent Bernard et notre ami le MI Benjamin Bujisho.

C’est une fois encore Lionia qui tire son épingle du jeu, elle termine avec 4,5 points sur 9 et une perf’ à 1944 élo. Elle aussi a raté plusieurs gains après avoir roulé sur ses adversaires. A noter sa victoire sèche contre un 2100 dans laquelle elle gagne la dame avant la quinzième coup !

Lionia, très calme malgré les menaces qui pleuvent sur son roi. La pièce de plus doit y aider.

Lionia joue… et aurait pu gagner

Je vous propose de découvrir une partie qu’elle a certes perdue, mais qui montre son très bon sens positionnel, et lui permet de rivaliser avec des adversaires bien mieux classés qu’elle. Un peu de travail et cette joueuse deviendra une vraie menace pour quiconque l’affrontera !

Romas,Lionia (1738) – Garcia,Adrien (1738)

1.e4 c5 2.d4!?

Venant du Shogi, la variante des échecs japonais connue pour son fond très tactique, Lionia a un repertoire très agressif, et ce Gambit Morra est l’une de ses armes principales côté blanc.

2…cxd4 3.c3 d3!?

Les noirs ont peur de la préparation blanche et optent pour une variante pacifique. Ils rendent le pion et espèrent tirer parti du pion c3 qui gêne le développement du cavalier blanc. La suite critique est évidemment l’acceptation du sacrifice par 3…dxc3

4.Fxd3 g6 5.c4!?

Lionia modifie la structure de pions en instaurant le fameux étau de Marokzy (tenaille de pions c4 et e4 vers la case d5).

5…Fg7 6.Cf3 d6 7.h3 Cf6 8.Cc3 0-0 9.0-0 Cbd7?!

Un plan douteux, la case d7 doit être laissée vacante pour l’autre cavalier. Meilleur est 9…Cc6! 10.Fg5 Cd7 et les cavaliers noirs s’installent en b4 et c5 (soutenus par l’avancée du pion a7 en a5).

10.Fe3 Cc5?

Il faut absolument jouer 10…b6

11.Fc2?

Une belle opportunité manquée ici : 11.Fxc5! dxc5 12.e5 Ce8 13.De2 (±) avec un net avantage blanc.

11…b6 12.De2 Fb7 13.Cd2 a6 14.Tad1 Dc7 15.Fd4 Ce6

Les noirs peuvent égaliser par la poussée thématique 15…b5! 16.cxb5 Ce6 17.Fe3 axb5 (=).

16.Fe3 Ch5 17.Cd5 Fxd5 18.exd5 Cd4 19.Dd3 Cxc2

Difficile de trouver le coup « contre nature » 19…e5! 20.dxe6 fxe6 21.Cb3 (et non pas 21.Fxd4? Cf4! =) 21…Cxc2 22.Dxc2 Tac8.

20.Dxc2 Cf6 21.Dd3 b5! 22.b3 Tfc8

Lionia a prévu de répondre à 22…bxc4? par 23.Cxc4! avec une belle domination blanche. Le cavalier peut ensuite se diriger vers c6 (via a5), mais les blancs peuvent aussi l’installer en b6, ce qui gagnera la bataille pour la colonne ouverte.

23.Tfe1 Da5 24.Fd4 Tc7

Le pion sera toujours imprenable : 24…Dxa2?? 25.Ta1 (+-).

25.Te2 Ch5 26.g3 Fxd4 27.Dxd4 Cg7?

Quel horrible destin pour le cavalier. A noter que le pion a2 est toujours indigeste : 27…Dxa2? 28.Tde1! (plus fort encore que 28.Ta1 Dc2 29.cxb5 Cf6) 28…Te8 29.Ce4 Dxb3 30.Cxd6 (+-).

28.g4!

Appuie là ou cela fait mal : le cavalier est dompté par les pions d5 et g4. Cela fait écho à une récente victoire de Carlsen sur l’arménien Aronian.

28…Tac8 29.Tde1 Rf8

29…Dxa2? 30.Txe7 (+-).

Il faut ici encore trouver 29…e5! 30.dxe6 Cxe6 31.Dxd6 pour rester dans la partie.

30.cxb5 axb5 31.Cf3

Lionia comprend qu’elle peut monter une attaque à l’aile-roi mais commence par la mauvaise pièce. Plus fort est 31.Df4! Dxa2 32.Dh6 (±).

31…Dc3 32.Df4 Df6

Les noirs reviennent juste à temps en défense.

33.De4

La finale survenant après 33.Dxf6 exf6 34.Cd4 Tc5 35.Cc6 f5 n’est pas claire. Lionia décide de garder les noirs sous pression.

33…Tc3 34.Rg2 e5!

Finalement, le jeune joueur conduisant les pièces noires trouve une chance de libérer ses pièces.

35.Te3

Lionia refuse de jouer 35.dxe6?? Cxe6 et le cavalier devient immédiatement menaçant. Son attaque sur la colonne e est terminée mais elle a toujours de nombreux atouts (meilleur roi, meilleur cavalier et majorité à l’aile-dame).

35…Dd8? 36.Txc3 Txc3 37.Db4

Encore une fois, Lionia trouve la pointe tactique mais joue la seconde variante. Plus fort est 37.Cxe5! avec net avantage.

37…Tc2 38.Cxe5 Rg8 39.Cf3 Db6 40.Dd4 Dxd4 41.Cxd4 Td2

41…Txa2 42.Cxb5 Tb2 43.Tc1! (+-) et les blancs gagnent.

42.Cxb5 Txd5 43.a4

Lionia se presse mais plus simple est 43.Cc3 Td2 44.Te2. Il vaut mieux améliorer au maximum la position des pièces blanches pour s’assurer que le pion a pourra ensuite filer à dame sans ennui.

43…Ce6

Le cavalier noir va trouver un dangereux avant-poste en f4. Les blancs ont toujours un avantage décisif grâce à leur pion a mais le gain devient plus compliqué à réaliser. Et Lionia, probablement fatiguée après cette longue partie, va bientôt perdre une pièce sur une malheureuse fourchette.

44.b4 Cf4+ 45.Rg3 g5 46.h4 h6 47.hxg5 hxg5 48.Cc3??

L’erreur tragique tandis que 48.Rf3 lui conserve toutes ces chances de gain.

48…Td3+ 49.Te3 Txc3

Et c’est fini !

50.Txc3 Ce2+ 51.Rf3 Cxc3 52.a5 d5 53.Re3 Cb5 54.f4 f6 55.fxg5 fxg5 56.a6 Rf7 57.a7 Cxa7 58.Rd4 Re6 0-1

Et entre les parties…

En marge du tournoi, le groupe a passé de très agréables matinées ludiques au foyer des jeunes travailleurs où le CERM était logé. Au programme : entrainement aux échecs mais aussi tennis de table, babyfoot, jeux vidéos pour les plus geeks.

Après le petit-déjeuner, rendez-vous au foyer pour commencer la journée joyeusement.

Nous avons assisté à quelques matchs de la Coupe du Monde de football sur écran géant, participé à plusieurs tournois annexes (tournoi de blitz par équipe, tournoi à handicap, etc).

Tournoi par équipe de blitz. Pas de pitié face aux organisateurs (Hubert au premier plan). Des crêpes sont en jeu !
Tempête sur l’échiquier, un jeu dont les plus jeunes sont friands.

Plusieurs événements ont également rythmé le séjour, comme la soirée crêpes, les Olympiades (un challenge d’énigmes, de jeu d’adresse et de sports par équipes), ainsi que le beau feu d’artifice de Saint-Lô durant la soirée du 13 juillet.

Les Olympiades commencent par une trépidante course en sac.
L’équipe au complet : Baptiste, Pierre, Lionia, Olivier, Vitaly et Briac.
Balle au prisonnier !
Notre seconde équipe, plus jeune, se retrouve dans un jeu d’adresse (Vincent, Emma, Pavel et Nicolas).
Après une discussion anodine sur l’écologie, les enfants ont spontanément décidé de nettoyer le site du tournoi. Un beau geste, suivi d’un tri des déchets et d’une sensibilisation régulière des gens que nous avons croisés toute la semaine.
Correspondance zen à Granville, farniente, goûter et musique (Martin à la guitare).

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *