L’inconnu de la salle Barthomier

C’était par un samedi après-midi de septembre 201… La salle Barthomier bruissait des allées et venues des joueurs et des parents venus procéder aux formalités d’inscription pour la nouvelle saison. Le président Lucas contemplait avec satisfaction la pile prometteuse des bulletins remplis, et traçait mentalement la courbe de croissance des effectifs qu’il ne manquerait pas d’afficher fièrement lors de la prochaine réunion du comité directeur. Quelques habitués du jeu libre, sourds au tumulte,  s’affrontaient dans un coin de la salle.

Soudain, l’œil exercé du président remarqua un visage inconnu parmi les habitués : un homme entre deux âges, qui semblait suivre avec intérêt la 4386ème partie du match entre Mike et Georges. N’écoutant que son devoir, il s’avança vers l’inconnu et lui proposa de disputer une partie.

L’inconnu répondit qu’il ne savait pas jouer, mais le président Lucas ne le laissa pas finir sa phrase et répliqua :

– « Monsieur,  sachez que le CERM est un club accueillant, et qu’il n’est pas dans nos habitudes de laisser un joueur sans partenaire. Il se trouve ici des joueurs de toutes forces, et vous trouverez certainement un adversaire à votre mesure. Tenez, je vois que notre ami Mike vient de terminer sa partie, pourquoi n’essayeriez-vous pas de vous mesurer à lui ? »

Et le malheureux, malgré ses protestations, se retrouva bientôt assis avec les Noirs face à Mike. La partie quitta rapidement les sentiers balisés de la théorie et s’engagea ainsi :

1. e4 d5 2. e5 d4 3. c3 f6 4. exf6 dxc3 5. fxe7 cxd2+ 6.Fxd2 Fxe7 7. Cf3 Cc6 8. Cc3 Cf6 9. Ce2 Cd7 10. Cfd4 Cce5

Ici le talentueux écossais se saisit de son cavalier et le déposa en e6, s’assurant du gain de la dame noire au prochain coup : 11.Ce6

Avant même qu’il ait pu lancer à son adversaire un regard mêlé de joie intérieure et d’indulgence, celui-ci répondit presque immédiatement par 11…Cd3+ et Mike découvrit avec stupeur qu’il était mat !

« Congratulations », s’exclama-t-il, chevaleresque. Vous êtes visiblement trop fort pour moi. J’aperçois par la fenêtre le grand Charles Nicolet, je lui cède volontiers ma place, il vous donnera certainement davantage de fil à retordre. »

Le vainqueur protesta à nouveau qu’il ne savait pas jouer et n’était venu au club qu’en spectateur, mais à peine eut-il esquissé le geste de se lever que  Charles avait déjà pris la place de Mike et remis les pièces dans leur position de départ.

« Vous êtes visiblement un amateur chevronné, vous me laisserez donc prendre les blancs », déclara Charles d’un ton péremptoire, tout en poussant son pion e de deux cases.

La partie se déroula comme suit : 1. e4 d5 2. d3 e6 3. Cf3 Cc6 4. Fg5 Fb4+ 5. Re2 Dd7 6. Cc3 Cf6 7. a3 h6 8. Fh4 Fa5 9. e5 d4

Ici le grand Charles entrevit la possibilité de menacer la dame adverse au moyen d’une brillante manœuvre :  10. Ca4 Ch5 11.Cc5

Quelle ne fut sa surprise quand, imperturbable, son adversaire répondit a tempo 11…Cf4+ et que Charles constata qu’il était échec et mat !

« Vraiment, Monsieur, vous êtes un joueur de première force », s’exclama la légende des échecs rueillois. Je retourne à mon Lagachess et vous laisse entre les mains de notre bien aimé président qui seul ici, peut-être, saura vous tenir la dragée haute. »

Notre inconnu tenta à nouveau de s’échapper, mais le président Lucas sut faire preuve de persuasion : « Monsieur, notre club a besoin de recrues de talent, et je ne saurais vous laisser partir sans avoir eu le plaisir d’en découdre avec vous ». Et le président de prendre place à son tour face au malheureux et d’entamer la partie.

Fidèle à son style impétueux, Jean ouvrit par 1. e4 d5 2. d4 e5 3. c4 f5 4. f4 c5, préparant une attaque féroce, avant de se raviser.

« Ce mystérieux visiteur excelle visiblement dans le jeu tactique ; mieux vaut simplifier la position et tester ses connaissances en finale, domaine où il est bien connu que je n’ai pas d’égal dans Buzenval et Saint Cucufa réunis », se dit-il. Et de s’engager dans une série d’échanges destinés à simplifier la position et entraîner son adversaire sur un terrain aussi technique qu’aride.

5. exf5 dxc4 6. dxc5 exf4 7. Fxf4 Fxf5 8. Fxc4 Fxc5 9. Fxb8 Fxb1 10. Fxg8 Fxg1 11. Txb1 Txg8 12. Txg1 Txb8 13. Dxd8+

« L’affaire est bien engagée », se felicita-t-il intérieurement , quand soudain l’inconnu, au lieu de reprendre la dame en d8, se saisit de son roi et joua l’étonnant 13…Re8xe1 ??!!

« Enfin Monsieur, vous n’avez pas le droit de jouer ainsi, ce coup est illégal ! », protesta l’esthète rueillois.

– Et pourquoi, répondit l’inconnu, puisque vous venez bien de le faire, vous ?

– Mais enfin,  vous ne distinguez pas une dame d’un roi ! Vous ne savez donc pas jouer ?

– C’est ce que je me tue à vous répéter depuis une demi-heure ! Je ne connais pas les règles des échecs, je cherchais le club d’aéromodélisme et me suis arrêté dans votre salle par curiosité. Quand vous m’avez forcé à jouer, je me suis contenté d’imiter avec les noirs les coups que mes adversaires jouaient avec les blancs ! »

Depuis ce jour, les inscriptions au CERM se font exclusivement en ligne.


PS : la période de crise sanitaire actuelle ne se prêtant guère à un certain type d’humour, on pardonnera au chroniqueur d’avoir cédé à la facilité et de s’être largement inspiré, pour ne pas déroger entièrement à la tradition du 1er avril, d’une histoire bien connue.

1 Comment

  1. Si ce noble inconnu était celui de la photo, m’est avis qu’il joue mieux qu’il ne le dit.

    Tu m’as comme à l’accoutumé fait rire, malgré les circonstances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *